Recherche

Délation, divulgation de secrets et trahisons : guerre de tranchées au GSPC

Publié le 31/08/2010 à 11:22 - 1420 visites
Source : Echoroukonline
Délation, divulgation de secrets et trahisons : guerre de tranchées au GSPC

Les observateurs estiment que les coups assénés à la «tête» du GSPC et ses affidés n’ont été permis que grâce à la "délation" et à la "trahison" dont s’illustrent notamment les chefs terroristes.

D’après les témoignages de certains repentis, l'organisation qui prétend s’appeler "Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat," fait face actuellement à une crise interne qui touche ses dirigeants et ce à la suite des succès enregistrés par les services de sécurité qui ont réussis à déjouer plusieurs complots criminels dont des attentats suicides. L’élimination du terroriste Abdelmoumène Rachid surnommé Houdeifa Ibn Younès dit l’Algérois, chef militaire du "GSPC" et ancien émir de la région centre ainsi que de son compagnon l’émir de la katiba dite «Othmane ibn Aâffane» est, d’après les observateurs, un coup dur porté aux dirigeants terroristes qui s’apprêtaient à mettre en œuvre une série d’attentas terroristes. La mort de cet « émir » nommé par «Droukdel» ajouté à la mise hors d’état de nuire de 15 terroristes en trois jours dont 7 en une seule opération parmi eux «Abou Houraïra«, émir de « seriyet En Nour » ainsi qu’un dangereux terroriste dénommé Youcef Mouheb est selon les observateurs une élimination décisive.

Ces opérations successives ont été, en outre, accompagnées par le démantèlement de plusieurs réseaux de soutien ont porté un sérieux coup aux bases "arrières" et aux "yeux" du "GSPC" qui dans une tentative désespérée à tenter de revenir sous les feux des médias notamment internationaux. Cette rapide offensive de l’armée algérienne coïncide par ailleurs avec une augmentation des intentions de redditions de la part de nombreux dirigeants terroristes. En effet, les appels au repentir des oulémas et des cheikhs n’ont pas cessés. De même que des lettres d’anciens « muftis » ont été adressées. Ce qui amène certains chefs terroristes à rechercher, ces jours-ci, une issue de secours pour se faire entendre en kidnappant des étrangers dans la région du Sahel. D’après des sources concordantes, les enlèvements de ressortissants étrangers contre le paiement d’une rançon assure au «Groupe salafiste" des revenus confortables en dehors des frontières algériennes.

Comme cela vient de se produire avec l’Espagne qui a déposé par l’entremise du Mali et de certains pays voisins, 8 millions d'euros dans les comptes des terroristes afin de soit disant libérer deux otages et les sauver d’une mort certaine. En réalité, cette transaction n’est qu’une violation des accords internationaux notamment un résolution du conseil de sécurité qui criminalise le versement de sommes à des groupes terroristes. Il est clair à présent que «des mains étrangères", représentés officiellement par des États, sont devenues les principaux bailleurs de fonds de l'organisation terroriste au mépris des conventions et des traités internationaux.

La poursuite de cette collusion éhontée permet de prolonger la vie de l’organisation terroriste en lui apportant, ainsi, une bouffée d’oxygène. Les observateurs estiment que les coups assénés à la «tête» du GSPC et ses affidés n’ont été permis que grâce à la "délation" et la "trahison" dont s’illustrent notamment les chefs terroristes. L'état de suspicion et de méfiance qui règne entre les terroristes de base et leurs dirigeants, les conduits à la prudence et à regagner les lignes arrière.

 

A lire aussi

Populaire


Algérie Info
Syrie Info
International Info
Sport Info
Algérie Emploi
Vidéos
Météo
Annuaire
2002-2014 Tous droits réservés - Emédia Algérie - A propos - Nous contacter - Nos partenaires